Une nouvelle lentille de contact mesure les valeurs sanguines

Une nouvelle lentille de contact mesure les valeurs sanguines

www.mediquality.net Une nouvelle lentille souple fabriquée en Corée du Sud permet de mesurer les taux de glycémie dans le liquide lacrymal, permettant aux patients diabétiques d’avoir à se piquer moins souvent.

La lentille a été conçue et développée à l'Université technique d'Ulsan en Corée du Sud. Des lentilles similaires avaient déjà été développées antérieurement mais elles irritaient l'œil. La nouvelle lentille est plus douce et donc moins sujette à provoquer des irritations oculaires.

L'électronique incorporée dans la lentille est située sur de minuscules flotteurs en plastique, ancrés dans les élastomères flexibles qui constituent le reste de la lentille. Selon une étude de Science Advances, la lentille sud-coréenne se compose de quatre composants: une antenne flexible qui capte l'énergie des ondes radioélectriques, un redresseur miniaturisé qui produit du courant continu et un capteur de glucose plus un petit signal LED. Le fonctionnement est basé sur la résistance au courant dans le liquide lacrymal. Plus le taux de glucose est élevé, plus la résistance est faible.

Quand une valeur limite est dépassée, le courant n'est plus poussé à travers la LED, mais passe à travers le capteur et éteint la LED. Que la LED s'éteigne lorsque les niveaux sont trop élevés, c'est en fait contre-intuitif. Les chercheurs écrivent: vous vous attendez à ce qu'elle s'allume si quelque chose ne va pas. Une plus grande objection est que le système ne répond pas à des valeurs trop basses, ce qui peut faire perdre conscience aux patients.

Il y a aussi des inconvénients liés à la mesure des liquides lacrymogènes : les niveaux de glucose peuvent encore troubler plus de 15 minutes les valeurs dans le sang, dit le professeur de diabétologie Eelco de Koning du centre médical de l'Université de Leyde dans le Volkskrant. Cela peut entraîner une mise en garde trop tardive du porteur, ce qui s'applique à toutes les méthodes qui ne sont pas fondées sur des valeurs sanguines directes, explique De Koning. L'avantage est la mesure continue, alors que de nombreux patients prélèvent généralement du sang quatre à six fois par jour. Cela donne à l'utilisateur une meilleure idée de la façon dont les valeurs fluctuent tout au long de la journée et permet d'ajuster la thérapie en conséquence.

http://advances.sciencemag.org/content/4/1/eaap9841.full